L’EPOQUE 2020/49 – « Le Latent Levé »

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est le-latent-leve.jpg
L’EPOQUE 2020/ 49: LE LATENT LEVÉ / Niala / acrylique s/toile 73×60

Rien ne me fera blesser

Cette vie qui dépasse partout la pensée

Et ta main preste comme une leçon de choses

Est un feu fascinant qu secoue son vertige

Au-dessus de ses prairies natales

Des chênes bronzés braconnent

Ce peu de saison attardée

Pour dresser sur sa tige un dernier bouquet d’oriflammes

La terre fidèle à sa vocation allège la nuit de sa course

Roux est l’attelage du songe et de la femme

Il tend au matin ses fruits tendres où vont les bouches gourmandes

Et dans la taupe automnale du sang

Le printemps s’enfonce très loin

Et pour longtemps

Barbara Auzou

2 réflexions sur “L’EPOQUE 2020/49 – « Le Latent Levé »

  1. Les calendes allaient d’estaque en pertuis, se frottant aux falaises et se mêlant aux méandres de fleuves, quelque part le matin de l’île se leva, latent
    Le sable sortit du cadran solaire pour étendre le tant tout nu
    devant les rages du chien tirant la lumière
    pour ne plus blesser ne serait-ce que le début du regard quand la porte se dégage…
    N-L

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.