Publié par 5 commentaires

L’EPOQUE 2019/30 – « POUR LUMIERE SEULE, MON AMOUR »

L’EPOQUE 2019/30 – « POUR LUMIERE SEULE, MON AMOUR »

 

Voici « POUR LUMIERE SEULE, MON AMOUR » le trentième de cette nouvelle Epoque 2019 avec Barbara Auzou.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires.

P1050877

                              L’EPOQUE 2019/ 30   POUR LUMIERE SEULE,MON AMOUR

Acrylique s/toile 55×46
Niala

 

Pour lumière seule

Mon amour nous aurons un clocher

Pour aller avec le coq bellâtre qui règne sur le poulailler

Et au-dessus de l’âtre un certificat attestant du tendre gravé

À la fleur de crête du bougainvillier

 

Nous aurons des étés précoces et des opéras à volonté

Des journées qui lèvent les fruits

Et de nos pouls féroces

Nous ferons des bouquets

Qui tremblent dans les hautes herbes du ciel

 

Nous aurons cette part d’éternel à tous refusée

Et de l’eau qui coule

Pour nous consoler de la poussière

 

Pour seule lumière

Mon amour nous aurons notre peau retroussée

Sous les pins maritimes

Et nos veines emprunteront un chemin intime

De sel et de certitude

Consommés entre le thym et le laurier

 

Dans le soir apaisé de nos sueurs

Nous épinglerons en riant les papillons ajournés de nos peurs

Qui tremblants toujours nous indiquèrent le sud

Sans jamais se tromper

 

  

Barbara Auzou.

Publié par 6 commentaires

L’EPOQUE 2019/27 – « LUNDI DE PENTE CÔTE »

L’EPOQUE 2019/27 – « LUNDI DE PENTE CÔTE »

Nous sommes le Lundi 10 Juin 2019, c’est Pentecôte. Niala peint et écrit le 27 ème tout seul. Il fait froid et sale. Le vent a brisé la couleur verticale. Le jardin déplacé de sa racine boîte. Quelque idée funeste se serait glissée à contre sens dans le calice.

L’oiseau rentre dans l’eau jusqu’à la ceinture . Il soulève les pierres non-à-construire en tue les serpents, arrache les algues au rythme du détournement auquel elles s’évertuent de conduire, prend le tamis et passe le sable jusqu’à voir le chenal ressortir de la vase.

Jaillissant la concrétion montre sa marque de naissance. Baie d’Haïphong les grottes ont la chauve-souris prête à tisser le fil solaire. Les jonques tendent la grande voile rouge, sur le pont le coquillage est comestible. La joie marguerite.

 

 

Mardi 11 Juin 2019

Des langues de brume qui courent sur le flot la vois de Barbara chante la mise à jour de L’Epoque.

 

P1050865

« LUNDI DE PENTE CÔTE »

Regarde

Sur la pente douce du congé la mort repoussée avec son cri

Et tous ses beaux naufrages

Et la vie têtue concentrée vers les tempes

Ne pleure plus

Viens pieds nus et à la nage

Toi qui a toujours dans la larme bleue

De ton œil marron cet entre-deux tremblant

Au bord de comprendre ce que personne ne comprend

Et sur la langue un seul oiseau nichant

Comme le souffle

Regarde encore

C’est sur la rampe de ton sein

En son insensé abandon

Que s’érige le sommeil de tous les ports

Barbara Auzou.

Publié par 3 commentaires

L’EPOQUE 2019/28 – « LE RUISSEAU »

L’EPOQUE 2019/28 – « LE RUISSEAU »

 

Voici LE RUISSEAU  le vingt-huitième de cette nouvelle Epoque 2019 avec Barbara Auzou.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires.

P1050866

L’EPOQUE 2019/28 – LE RUISSEAU

Acrylique s/toile 46×38
Niala

Toute la vie s’écoule au-dehors de ce coeur battu

qui nous incombe

Et pour la fraîcheur et pour tes courbes tues

nous demeurons les migrateurs des tempêtes

et les gardiens du ruisseau au galet

plat de nos vies enchaînées

On a rassemblé nos saules sous la coulée heureuse et imprévue

où tombent tous les cris des silences maritimes

On a donné au navire où embarquer l’éternité

nos noms intimes faits de sable et d’espérance

Comme moi tu sais que la mer a bien trop de mémoire

pour pardonner les mains oublieuses et résignées

du vouloir ébloui et têtu de l’enfance

Barbara Auzou

Publié par 3 commentaires

L’EPOQUE 2019/26: « UN MOINEAU DANS LE POING. »

L’EPOQUE 2019/26: « UN MOINEAU DANS LE POING. »

 

Voici UN MOINEAU DANS LE POING  le vingt-sixième de cette nouvelle Epoque 2019 avec Barbara Auzou.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires.

P1050862

Un Moineau dans le poing

Niala/ 2019

Acrylique s/toile 46×38

 

 

Depuis longtemps déjà

nous avions convenu de bâtir

un monde clair sur la beauté du geste

et dans notre lit aux draps défaits

s’étirait tiède la tendresse

du lin et du chaume réunis

que l’arche parfaite de nos jambes

avait bâtie

Tu avais des globes blancs dans tes mains lestes

J’avais un moineau dans mon poing sans adresse

et ce fut bonheur que de remettre la vie d’aplomb

de creuser le nid à petits coups de talons

à grands coups de reins

On a dévêtu la nuit

On a revêtu les matins

L’usage des robes n’était plus de mise au jardin

Et parce qu’il est des lieux où s’accomplit d’emblée

et avec sérieux la culture du sacré

l’âme des petits à nos pieds a pris ce tour câlin

de ceux que la vérité a caressés

 

 

Barbara Auzou.

Publié par 3 commentaires

L’EPOQUE 2019/25: « PRENDRE JOUR »

 

L’EPOQUE 2019/25: « PRENDRE JOUR »

Voici  PRENDRE JOUR  le vingt-cinquième de cette nouvelle Epoque 2019 avec Barbara Auzou.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires.

 

P1050857

Prendre Jour / Niala 2019

Acrylique sur toile.

46×38

 

 

À genoux sans nul apprêt

 face à la fragilité de tout

 face à la part d’insaisissable

 et au grondement lourd

 des choses dans le temps,

 sans nulle feinte

nous aurons laissé

inviolé le sanctuaire des craintes.

 Tu disais : que vaut la vie

 sinon l’étreinte du corps choisi

 et sa plainte sans âge

dans la bouche du savoir?

Le coeur pourtant élevé trop haut

 un soir a failli

battu au lavoir

 d’un printemps sévère

 pour revenir à la nage

 et dans l’haleine marine

 d’une fleur testamentaire

 allant vers toujours plus d’eau

allant vers toujours plus d’amour.

 Au bec de l’oiseau picorant l’ultime autel

 du roseau hospitalier,

ce seul message laissé au ciel:

 

 Prendre Jour.

 

 

 Barbara Auzou