« LE CONSENTEMENT » – NIALA 2023 – ACRYLIQUE S/TOILE 65X54

« LE CONSENTEMENT »

NIALA 2023

ACRYLIQUE S/TOILE 65X54

Au flan des dalles où les hirondelles

m’ont maçonnés des printemps je vole comme disait Michel

tirant du blanc la page pleine

de lune femelle en soleil mâle

comme en unisexe

.

Coeur

gorgé de sanguine aux rubans des veines

pour bassiner le lit froid à l’invite du roulis des croupes

cheval in promise

c’est en corps l’aube

où ma main gauche cueille par consentement

.

L’instrument accorde

ce désir de tisser à la faveur des vagues

le voyage fondamental

où les noces réunissent les chars-à-bancs

en attelage araire.

.

Niala-Loisobleu.

2 Février 2023

« MAGIQUE CHAUME » – NIALA 2023 – ACRYLIQUE S/TOILE 61X50

« MAGIQUE CHAUME »

NIALA 2023

ACRYLIQUE S/TOILE 61X50

Du bout des doigts

l’oeil

a remonté la jupe du temps

entre les cuisses de la colline

toujours à la ligne de flottaison des bas

où les jarretelles tiennent la chair haletante

au Nord scandinave

pour que le lac

abreuve le cheval sorti du troupeau

entre les tâches des bouleaux

Rondin de cabane

pointé

à la gîte de la forêt dense

La mer attend au pertuis le jeté d’ancre

A border tes seins et les nicher sur ma baume solaire

le quai est en gare

le convoi s’arrête au tampon de tes reins

défais ta valise

bois une blonde au contoir

Te voilà

à la sensuelle veillée sur la Carte du Tendre

comme qui débute.

.

Niala-Loisobleu.

28 Janvier 2023

DU MATIN AU SEOIR

LE JARDIN DE NIALA – BOUTIERS-SAINT-TROJAN – Morgan Berger et Niala (23/01/23)

DU MATIN AU SEOIR

Au fil de l’eau l’Homme emplit son saut

Tournent les ailes

Relais qui ne s’arrête pas

Les murs encadrent les fenêtres

Où tenir la lumière

A la pierre qui meule le grain du soleil.

Niala-Loisobleu.

25 Janvier 2023

Les Fenêtres

Guillaume Apollinaire

Du rouge au vert tout le jaune se meurt

Quand chantent les aras dans les forêt natales

Abatis de pihis

Il y a un poème à faire sur l’oiseau qui n’a qu’une aile

Nous l’enverrons en message téléphonique

Traumatisme géant

Il fait couler les yeux

Voilà une jolie jeune fille parmi les jeunes Turinaises

Le pauvre jeune homme se mouchait dans sa cravate blanche

Tu soulèveras le rideau

Et maintenant voilà que s’ouvre la fenêtre

Araignées quand les mains tissaient la lumière

Beauté pâleur insondables violets

Nous tenterons en vain de prendre du repos

On commencera à minuit

Quand on a le temps on a la liberté

Bigorneaux Lottes multiples Soleils et l’Oursin du couchant

Une vieille paire de chaussures jaunes devant la fenêtre

Tours

Les tours ce sont les rues

Puits

Puits ce sont les places

Puits

Arbres creux qui abritent les Câpresses vagabondes

Les Chabins chantent des airs à mourir

Aux Chabines marronnes

Et l’oie oua-oua trompette au nord

Où les chasseurs de ratons

Raclent les pelleteries

Étincelant diamant

Vancouver

Où le train blanc de neige et de feux nocturnes fuit l’hiver

O Paris

Du rouge au vert tout le jaune se meurt

Paris Vancouver Hyères Maintenon New-York et les Antilles

La fenêtre s’ouvre comme une orange

Le beau fruit de la lumière

Guillaume Apollinaire, Ondes, Calligrammes 1918

LE JARDIN DE NIALA

9, Rue de la Chaume

16100 BOUTIERS-SAINT-TROJAN

DE PARIS A COGNAC

« LA MEMOIRE DES MUSES 7 » – Niala 2016 – Don à Morgan Berger Maire de Cognac – 23 Janvier 2023

DE PARIS A COGNAC

Nous roulons maintenant sur l’autre vers de l’herbe cultivée

la parole des marguerites laissée aux pétales

selon soi

et la fève sans la frangipane au feuilleté de nos pages

sur la voie des campagnes sortie de la capitale la Seine se tourne aux vignes

grappe en main à l’Hôtel de Ville

Charente éclusée à l’estuaire les yeux bleus sur la mer

Cétait la fin des Années 70

Francis émoi, la friche mise en culture

Il s’en est passé des rencontres au passage

des Tours S-Jacques au coeur du monde

les poutres du plafond faites pour accrocher les immortelles

passé le temps des récoltes pour voir naître le changement

Le passeur est à la rive

autre gabarre

pour que mes mots-peints tiennent la main aux pages qui viennent.

Niala-Loisobleu.

24 Janvier 2023

« LA MEMOIRE DES MUSES 7 » – Niala 2016 – Don à Morgan Berger – 23 Janvier 2023
Morgan Berger et Niala (23 Janvier 2023 -Dans l’atelier LE JARDIN DE NIALA)

« SYMBIOSE » – NIALA 2023 – ACRYLIQUE S/TOILE 55X46

« SYMBIOSE »

NIALA 2023

ACRYLIQUE S/TOILE 55X46

L’oiseau se déplace copié-collé à l’arbre

des terres fendues mendient au passage des migrations

Sur un point non répertorié de l’horizon

que s’agite-t-îles

entre flou et points de repères

il y aurait un espace entre ciel et terre

Pommes de pin tombées
Dans la montagne vide
Tu les entends n’est-ce pas
Là où tu es
En lieu séparé
Mais au même instant

Ces vers nous rappellent, par leur tonalité, un poème de Wang Wei, traduit par François Cheng dans

 L’Écriture poétique chinoise :

François Cheng, L’Écriture poétique chinoiseop. cit., p. 139.

Repos de l’homme. Chute des fleurs du cannelier
Nuit calme, de mars, dans la montagne déserte
Surgit la lune ; effrayé, l’oiseau crie :
Échos des cascades printanières…

Ce qui fait que je me saisis de la manivelle du chevalet

et fouille dans la toile qui monte l’escalier intérieur de mes vertèbres

On dirait que l’âne s’est mis la noria dans le ventre

est-ce un mouvement en résistance

tel l’Arbre de Vie qui s’ébroue ?

Tandis que je finissais ce tableau ce matin sous la verse sans voir que dalle de La Chaume

mes yeux accrochés au dernier souffle de ma main refusaient de s’inscrire à la croisière du Titanic

La chaloupe d’une épopée mise à l’eau et en brassards deux beaux nichons enroulés

j’ai cru z’ô hé qui venait se coller dans cet estuaire d’herbe cressonnière où rien ne végétait

Niala-Loisobleu.

17 Janvier 2023