« EN DEPIT DE TOUT » – NIALA 2022 – ACRYLIQUE ENCADRE S/VERRE 30X40

NIALA

« EN DEPIT DE TOUT »

NIALA 2022

ACRYLIQUE ENCADRE S/VERRE 30X40

JE SUIS LE FEU PAR SERGE VENTURINI

Je suis feu. Je vis dans le feu, ― mon élément.
Salamandre, je suis, ni ne brûle ni ne flamboie. Ma sœur est Marina Tsvétaïéva. Je suis l’incendie qui à jamais se propage. C’est du cœur que viennent les flammes, elles montent vers le ciel. Sans me consumer, brûlant, moi, l’incandescent, ne suis-je pas l’ardent barde ?

En moi, tout le souffle attise les flammes, ― affamées. Je suis le feu qui ravage et le feu qui purifie. La nuit, en rêve, quelqu’un s’approche du brasier, il vient à l’état subtil, ― ma force. Je croise parfois mon double, la pluie qui descend sur la terre. ― O Bonté ! ― Souvent, sans le souffle de l’esprit, je fume, j’étouffe noir.

Âme errante du ciel, grand feu, je suis l’éclair.
La vérité m’a marqué de son signe. ― L’illumination. La foudre est mon arme, je suis foudroyant et foudroyé. Mes yeux se ferment et ne voient plus que l’irréductible diamant. Ma parole est pierre de feu, je la lance aveugle, voyant le disque rouge du soleil levant, ― ciel bleu.

Corse, 1er août 2005.

Extrait de: 

 Avant tout et en dépit de tout.

Serge Venturini

« FLEURS DE TROTTOIR » – NIALA 2022 – ACRYLIQUE S/CANSON – ENCADRE S/VERRE 40X50

NIALA

FLEURS DE TROTTOIR

NIALA 2022

ACRYLIQUE S/CANSON 23X29

ENCADRE S/VERRE 40X50

Malveillance humaine

La pluie d’orage gifle les toits

la grêle en colère balafre tout sur son passage

la rue perd ses couleurs

sous la glace les jardins et les toits sont déchiquetés

Quelques fleurs sans couronnes me viennent à la tête

comme une obole pour égayer la vie.

Niala-Loisobleu

7 Juin 2022

NIALA

« FUSIONNELLE RENCONTRE » – NIALA 2022 – ACRYLIQUE S/TOILE 46X38

NIALA

« FUSIONNELLE RENCONTRE »

NIALA 2022

ACRYLIQUE S/TOILE 46X38

Dans cette ombre qui tourne sans pouvoir se justifier, l’oiseau est sorti de l’arbre en quête de lumière en ouvrant l’écrin d’une autre étape du chemin qui n’efface rien

Croisés par la semence végétale, de pierres blanches élèvent leur campanile pour dire alentour je suis tà

Alors en haut de crête et contre toute attente, le coquelicot du blé solaire dresse ses épis en avance sur la St-Jean

Dans son vers, la prière a la teinte du sacré qui croit à la force d’une nature qui n’existe que par amour

Le jour où j’ai commencé à construire mes maisons-blanches j’ai planté des éternelles pour les poutres des adjonctions comme une notion de village pour ma maison

L’olivier de derrière et le figuier de devant garde le sel de la mer proche

la sente tourne sa vérité autour du puits

l’ocre du labour tire à présent au vermeil entre tien émoi

au point d’avoir chaud sous les pieds de sentir le pouls battre.

Niala-Loisobleu – 2 Juin 2022

« INTERIORITE » (Le Peinttre 5) – NIALA 2022 – ACRYLIQUE S/CONTRECOLLE – S/VERRE 40×50

NIALA

« INTERIORITE »

(Le Peintre 5)

NIALA 2022

ACRYLIQUE S/CONTRECOLLE

S/VERRE 40X50

DE PORTE EN PORTE EMPORTER L’UNIVERS INFINI

Votre porte claque –
Vous êtes à l’extérieur :
Vous y êtes enfermés

Vous êtes à l’intérieur :
Pas de dommage…

La clef est votre chance
Mais de l’intérieur :
Nul besoin d’elle…

Ainsi les courants d’air
Appellent de l’extérieur : la clef
Il faut être prudent
Avec eux

Mais de l’intérieur : vous ouvrez..
Et c’est l’accueil ou
Avec la clef…
Vous sortez
Vers…Le grand monde

Il est une porte qui semble
Vous interdire les deux…
C’est celle de
La prison
Or le grand monde
Peut être dans
Les songes…
Nul besoin de clef…
Ainsi échappe-t-on à l’univers clos :
De l’intérieur des âmes
Par la porte des
Songes…

Qui prétend en découvrir la clef
Sans être à l’intérieur
S’en voit refuser
L’entrée
Il s’agit là d’ouvrir son désir
De toucher un fil dans un
Courant d’air…
Écrire cette fulgurance
Pour ouvrir un
Horizon

Et qui a déjà rêvé à la porte de l’horizon
Où la mer se confond avec le ciel
Où la mer est allée avec
Le soleil couchant –
Peut s’abandonner à un grand
Air fugace

Mais…Ah ! Passer les portes et les murs
Sans chercher à les ouvrir…
On ne le peut que
Comme Alice ou
Marcel Aymé
En inventant – réinventant
Un monde merveilleux
Qui est derrière
La clôture

La liberté va jusque dans les portes des villes…
Si elles sont ouvertes
On peut rentrer et
Accueillir ce
Qui pointe à
L’horizon…
Le jour pointe ou la nuit tombe
On entre au jour par
Des points d’azur
Rougeoyants ou
Par les nuées
On entre dans la nuit
Par l’horizon étoilé
Par les phares
Les réverbères ou les enseignes
Au bout d’une avenue

Mais – en aucun cas – on ne saurait ouvrir
Les portes du monde sans en faire
De même avec nos songes et
Sans nous donner
Un horizon

Et si le passé nous est fermé
Il faut entendre battre
Le cœur de
La mémoire avec nos désirs
Illimités…
Cela vaut pour toutes les portes
Si nous voulons les ouvrir
A nos amis et à
L’amour
Sinon nous les fermons
A tout partage et à
Toute fidélité

Et toujours s’enquérir des bruits et
Des voix du monde – implique
Qu’on se les remémore
Sinon on se lie
Aux chaînes
De l’oubli
De l’oubli
Sinon ce n’est que le travail
Pour lequel s’il ne
Nous plaît pas
On aimerait peut-être mieux
Rêver et désirer
Quitte à se calfeutrer chez soi
Comme en un cocon dont
On attendrait des
Métamorphoses

Ouvrir – fermer des portes
C’est encore le courant d’air des désirs
Qu’il faut peut-être
Laisser entrer
Dans l’instant d’une décision
Pour lâcher prise à
Notre plaisir…
La tristesse et l’angoisse nous guette
Et nous ne pensons plus
Ni à l’ouverture ni
A la fermeture ?…
Or la renaissance de nos êtres
Se fait dans le soin
Que nous accordons à l’accueil
Et au partage dans ce
Monde global
D’empires et de communautés fermées

Notre intériorité nous pousserait
A tout fermer que nous
Ne nous nous y
Reconnaîtrions plus
Sauf à lâcher prise
A tous courants
D’air
Vivifiants et salvateurs
Y passant au travers
Ainsi claquer
La porte au monde nous transforme
Nous-mêmes en
Courants d’air devant
L’univers infini !…

Alain Minod

« CONCEPTION »(Le Peintre 4) – NIALA 2022 – ACRYLIQUE S/PANNEAU S/VERRE 60X80

NIALA

« CONCEPTION »

(Le Peintre 4)

NIALA 2022

ACRYLIQUE S/PANNEAU S/VERRE 60X80

Le regard s’est dépossédé de l’absence en entrant ses yeux dans l’objet qu’il a fait charnel

sensation en 3 D qui rejoint les formes et les volumes de la sculpture et de son cri

que l’environnement végétal met sur un piedestal

Le chemin pris se voulait aquatique la conception ne pouvait donc qu’être utérine

Rien ne s’arrête

l’amour tient l’univers qu’il s’est choisi

défiant l’abandon destructeur par un espoir certes fou mais fidèle à son image rivée au prisme

que l’accompagnement musical des quatre éléments soude à l’éternel

Le vert des yeux vers la mer, adoubé.

Niala-Loisobleu – 20Mai 2022