Publié le

MOTS D’ENCRE 4

P1050345

MOTS D’ENCRE 4

Les réalités psychologiques, lorsqu’on les aborde avec le coeur ouvert d’un psychothérapeute humaniste, ont une richesse et une complexité qu’il est difficile de traduire en mots.

Le psychothérapeute bénéficie d’un accès privilégié aux drames humains les plus importants ainsi qu’aux recoins obscurs de la psyché et de la sensibilité.

C’est souvent le langage imagé de la poésie qui semble le plus approprié pour rendre avec justesse les nuances, les subtilités, les éclats et l’intensité des drames humains que le travail quotidien l’amène à partager.
Michelle Larivey (Ravage et… Délivrance – Poèmes humanistes)

Michelle Larivey utilise parfois son talent de poète pour mieux exprimer sa compréhension de certaines situations qui, malgré leur caractère tragique, correspondent souvent à des moments de plénitude.

________________________________________________________________

Le renvoi de son regard en atterrissant sur mes yeux mit la craie bleue entre les poils de mon pinceau. La dépeindre voilà le tableau. Non ne rougis pas. Comme elle chante. Non ne rougis pas, voilà si longtemps que tu attendais ça. Mais on ne parle pas psychologie à côté de la plaque. Cela requiert d’avoir la vrille humaniste et pas le charlatanisme en vogue pour percer au bon endroit.

Du bleu chauffé à vif

Dételé son cri rouge bondit

Les bas-cotés de l’ornière furent submergés

Pas croire le lambda traînant la langue du jugement définitif

L’idiote repoussa le gobe-mouche d »une pichenette

Elle est lumière

Les deux luminaires sont pendus à sa poitrine

Seins esprits

Faut voir comme ça balance au plafond

Reposant mes dix doigts dans le corps texte, je sentis qu’il y avait là de la matière qui grise. Si simple, qu’à l’habitude prise dans la façon d’entendre et de lire actuelles, bien du monde passe à côté sans avoir vu le fond du sujet. Ailleurs d’une plage cachant le sable avec les serviettes des petits-baigneurs, sont quelques cailloux nus. C’est l’archipel où on se nourrit que d’amour. On y va qu’à la nage.

Niala-Loisobleu – 28 Juin 2017

P1050342

Mots d’Encre 4 – 2017 – Niala – Acrylique et encre  s/contrecollé encadré s/verre 30×40

 

 

 

Publié le

MOTS D’ENCRE 3

 

P1050339

 

MOTS D’ENCRE 3

Tant de Bleu. Il faut bien que le noir de la vie sorte en crevant de ses nuages-abcès. Ce que je vois n’est pas ce que je pense mériter d’être montré. Dans tout un chacun existe un désir de vivre. L’être se laisse prendre par la perversité de l’expression. Matamore que les ch’tits appellent Biloute. Le bien-nommé mâle qui voit la Femme qu’en-dessous de la ceinture, un appendice pour oeil. Affreux miroir. J’ai mal à l’enfant en pensant à l’idée qu’il garde de son père ou de sa mère. Pourquoi, pour qui, pour quand ?

Etranglé par mes cordes sensibles ma gorge s’ouvre de son canif d’écorché vif.

Ce n’est pas moche de vouloir regarder le propre de chacun quand on sait vraiment  sa possibilité de se faire laid, de se montrer pervers et obsédé par son impuissance. Mes Mots d’Encre sont rien que le sel du sang d’aimer. J’ai peint hier pour le montrer sans autre intention que de faire place à l’espoir. Il y a trop d’enfants qu’on a fait et qu’on va faire en dehors de son chemin.

Niala-Loisobleu – 28 Juin 2017

 

P1050336

Mots d’Encre 3 – 2017 – Niala – Acrylique et encre sur contrecollé, encadré s/VERRE 30X40

Publié le

LA PETITE BÊTE NOIRE

LA PETITE BÊTE NOIRE

Violent comme une peste pleine dedans, l’Immonde, abject, avilissant, cracra, dégoûtant, dégradant, fétide, hideux, honteux, impur, infâme, infect, inhumain, innommable, inqualifiable,  lâche, laid, malpropre, méprisable, maudit, nauséabond nauséeux, obcène, odieux, ordurier, puant, répugnant, répulsif, sordide et turpide PIRATE , a investi ma demeure…

Au matin d’un jour où mes Amis allaient me croire indigent et en danger …l’enflure leur ayant mis dans la trompe, l’Eustache qui poigne hard…oh puti de branle-bas, si t’arrives à jouir t’es juste bon à jeter comme l’ordure…

Alors enfourchant la sorcière dans un ballet loin d’être rose, je bottais la salope en touche ! Et yop, ça boum !

Comme agacé à l’aiguillon au charnu de mon corps, je pris la niaque et en profitai pour redresser les bretelles de mes chaussettes mises à mal ces temps-ci par une cascade de coups foireux. Non mais ça va bien, suffit, j’veux pas qu’on m’prenne pour un jambon.

Sitôt l’affaire réglée, j’ai rentré dans les ordres, en faisant l’Amour en tête !

J’ai peint mes Bons, grâce à votre réconfort que ça  été que de l’énergie positive, j’ai fait l’oeil bleu et l’autre soleil, c’est bon comme chez-Nous, m’a-t-ailes illico répondu !

Alain Niala – 3 Mars 2017

p1030721