L’EPOQUE 2020/46: AUTOMNALE 3

L’EPOQUE 2020/46: AUTOMNALE 3

Après lesÉpoques 2018 et2019, voici le quarante-sixième de cette nouvelle Époque 2020 avec BARBARA AUZOU : AUTOMNALE 3  . Merci de considérer que le poème est indissociable du tableau et vice-versa…

L’EPOQUE 2020/46 – ″Automnale 3″ – Niala – Acrylique s/toile 20×20

Un enfant erre dans son sourire

Comme on ordonne un univers

Insensé et c’est l’appel d’un fauve qui voudrait

Mordre à pleines dents l’orange frisson

Laissé par un sillage de lumière

C’est l’espoir retrouvé qui s’élance dans ses ors

Pour bercer l’automne de ce qui demeure inconsolable

Les mots prennent un goût de feux de grange

La couleur recommencée encore dans un ciel instable

Se souvient que c’est elle qui brûle les éclisses du cœur

Et tangente l’enclos

Barbara Auzou.

VENT D’ANGES

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est p1060278.jpg
« VENT D’ANGES » – Niala – 2020 – Acrylique s/toile 55×38 -Prix Atelier: 650,00 €

VENT D’ANGES

Le jardin somnole

un peu bourru

l’oiseau est serein

un vent de mer arrose de ses feuilles un dernier soleil or

la saveur du fruit s’assemble pour l’arôme

de l’été reste

la photo des rires d’enfants dans le chant de la vie

ouverte en bouquet

plaine fenêtre.

Niala-Loisobleu – 10 Octobre 2020

L’EPOQUE 2020/45 : AUTOMNALE 2

L’EPOQUE 2020/45 : AUTOMNALE 2


Après les Époques 2018 et 2019, voici le quarante-cinquième de cette nouvelle Époque 2020 avec BARBARA AUZOU : AUTOMNALE 2  . Merci de considérer que le poème est indissociable du tableau et vice-versa…

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est automnale-2.jpg

L’EPOQUE 2020/45″Automnale 2″ Niala Acrylique s/toile 73×60

Ce n’est qu’ainsi

Abandonnant parfois le mouvement

Que la pensée debout sur ses eaux palpe le monde

Et avec elle la joie folle d’avoir une ombre

De la voir tourner encore sur l’axe d’un Mai intérieur

Qui va où l’ouvert le porte

Le tout de la branche a passé entre mes doigts

C’est un arbre tombé d’un fruit orange

L’arrêt d’une fleur éclose

Sur la muette origine de la parole

A des mémoires de chaux

Des désirs de bouquets

Qu’une seule main émonde

Qu’un seul baiser transporte

Dans un drap étiré où respirent ensemble

Le dedans et le dehors

Barbara Auzou.

L’EPOQUE 2020/44: AUTOMNALE 1


L’EPOQUE 2020/44: AUTOMNALE 1

Après les Époques 2018 et 2019, voici le quarante-quatrième de cette nouvelle Époque 2020 avec BARBARA AUZOU : AUTOMNALE I  . Merci de considérer que le poème est indissociable du tableau et vice-versa…

L’ÉPOQUE 2020/44« Automnale 1 » Niala  Acrylique s/toile 65×54

Arrange-moi avec toi-même

Et puis avec le temps

Pour la tempe de nos hivers

Qui tourne meule attendrie

Pour nos paumes qui font et défont les chemins

Il y a dans ta voix des modulations de forets obstinées

Qui roulent les feuilles d’un absolu féminin

Et le mystère actif de tes seins simples comme la terre

Joueurs comme une portée de jeunes chiens

Et si je ne peux tenir en laisse le velours orange

De tes yeux qui lâchent leur loutre de feu

Permets-moi au moins de te nourrir un peu

De ces fruits métronomes à dévorer vivants

Ils te rendront la monnaie de ta pièce qui craint tant

L‘automnale mélancolie

Barbara Auzou.

L’EPOQUE 2020/43 – « LES TREMIERES »

Après les Époques 2018 et 2019, voici le quarante-troisième de cette nouvelle Époque 2020 avec BARBARA AUZOU : LES TREMIERES  . Merci de considérer que le poème est indissociable du tableau et vice-versa…

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est les-tremieres.jpg

L’EPOQUE 2020/43″Les Trémières » Niala Acrylique s/toile 61×50

Voici les contours de mon corps

Pour le plaisir de celui qui me nomme

J’étage des bonheurs presqu’étrangers

Je suis la gitane l’inavouée

L’absente de tous bouquets

Qui sème ses moineaux ailleurs

Que dans des draps d’effets

Et si j’ai noué un pacte avec le vent

C’est que je ne crains ni l’espace trop grand

Ni de l’acier obstiné l’oraison lente

Je suis baie ouverte sur mer vivante

Ma simplicité dans vos grands vases de confusion

gagne du champ sur la génèse droite de moi-même

Barbara Auzou .