Publié le

LES VILLAGES BLEUS 6

LES VILLAGES BLEUS 6

Tirer au loin les pans de brouillard et rallumer le bleu du printemps, mon village ne réclame que ça dans la suite  des heurts non voulus.Il faut dire que l’époque est plus propice aux sales bruits de couloirs qu’aux éclaircies. Des vilains ont blessé la cabane, le moment de sauter la page est venu.

Demain, dès l’aube…

 Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,

Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

Victor Hugo (Extrait du recueil «Les Contemplations»)

Lui redonner toute sa transparence pour qu’elle oublie l’opaque en se dégourdissant d’une trop longue nuit. Toi qui sais le chemin du vélo, tu t’y reconnaîtras m’aime si je m’y rends à pieds, juste le temps de remplacer chui là qui m’a été volé. La cabane d’un autre printemps Nous attend.

P1050279

 Les Villages Bleus 6 – 2017 – Niala – Acrylique s/canson aquarelle, encadré s/verre 30×40
Publié le

LES VILLAGES BLEUS 4

 LES VILLAGES BLEUS 4

LACUSTRES

D’un tremblement indicible, la maison court de long en large

au plus reculé du village Que d’années à se sortir de l’arrière-cuisine

Retournant la chambre d’amour de fond en comble,

loin des enfouissements des pilotis

qui pourtant,

contre toutes apparences,

continuent à nager

nous visons la rive

L’odeur de jasmin s’entête à escalader le tertre.

Est-ce par l’alchimie des peaux retournées,

par l’élargissement des brisures à corps défendant,

ou par la brûlure des zéniths décalés,

que du clocher le coq sonna ce jour après qu’il se fut levé ?

Rien en particulier, tout

chez Soi

est à prendre ensemble

pour désengorger.

Des glacis transparents, liquéfiés aux écoulements internes

la couleur se débat pour reprendre

matière

éclat

lumière

vigueur

et rejoindre d’un bond la main d’un esprit commun

qui élargira les fissures par où évacuer

les accommodements de tons rabattus imposés par l’Académie…

Entre deux eaux, deux aiguilles face à face

pendulent

en croisant le faire d’un cap et d’épais, vent à tâtons.

Tandis

que paisiblement grimpés sur le récif,

les traits mis ensilent pour deux mains…

 

Niala-Loisobleu – 24 Mars 2

 

Les Villages Bleus 4 – 2017 – Niala – Acrylique s/contrecollé, encadré s/verre 30×40

Publié le

Quoi qu’il se passe notre Amour survivra

img_1572

Quoi qu’il se passe notre Amour survivra

La salle à manger fait une sieste entre deux repas.La tête à l’envers, nuque calée aux creux des paumes, les yeux vont et viennent, derrière le rideau tiré des paupières. Dans un angle la salamandre ronfle. Tous micas allumés. On allait chez le droguiste chercher des lunettes de rechange pour l’appareil de chauffage. Avec les ciseaux on taillait les carreaux du minéral dont les couches superposées me faisaient toujours penser aux écailles qui brillent dans l’oeil des poissons, juste avant qu’ils décident de sauter hors eau pour une gorgée d’air. J’aime bien quand le poisson est au volant. Note que je suis aussi en extase quand il faufile son fuselage entre les courants.Oui, ce moment où l’usage qui a été donné aux choses s’efface pour qu’un autre univers ouvert commence. Sans imposition particulière. Le moment naturel, voilà c’est ça. Pas de désir orientant la pensée, un no man s’land à distance des octrois où il faudra, d’une manière ou une autre, montrer ses papiers.Quelque chose est arrivé. Un événement est à la base de la présence hors de la nappe, des chaises, du bruit des fourchettes et des bouches, des exclamations que l’alcool toaste. Me voilà en fait en salle à me digérer.moi.

Quelque chose qu’on a dans le fond d’un creux, en fait vide, est habité. La vie en se glissant à l’intérieur a fait un remue-ménage qui le fait tanguer. En marchant dans le désert, la nuit le soleil au repos au lit des étoiles, tu peux voir loin. Les images se sont arrêtées de danser dans le falot trouble de la chaleur. Tu digères un vide que les mirages fantasment.Les dunes ondulant des hanches te conduisent aux portes de la gynécée. Un endroit à naître.

Impossible de voir, il faut toucher la vibration unique du silence. La Beauté dans toute sa forme, s’ouvre à tes yeux. Et tu vois de mieux en mieux en les fermant. La matière s’est liquéfiée sans qu’on sache comment. Pas un néon à l’horizon, là pour racoler. Non t’es tout seul devant un Tout qui fait pas l’article. Pas de mise en scène qui t’emballe en trois coups les gros, bolduc échevelé, dans un mythe pair nono. Pas la moindre bouteille échouée d’une expédition lointaine, évangéliseuse, le truc genre génie au fond du ventre. Tapi, prêt à te jaillir la promesse sous condition. Non, merde j’t’l’ais déjà dit, rien qui s’cache derrière une élection.

Au contraire tu vois c’que t’osais plus croire, atteint de découragement.

Mes tableaux sont partis avec la dernière marée, un bruit de nouvelle couleur frappe du pinceau. Comment s’appelle-t-elle ? Mais est-ce justement besoin de lui donner un nom. Quand un bruit se manifeste, il faut d’abord démêler les directions qu’il a suivi. Peut-être qu’alors, l’origine des bruissements qui t’assiègent seront identifiables

Je sens l’chameau fraîchement tondu, on voit les cicatrices qui font la bonne peau des yourtes. Puis un voile blanc sur les dents noires des cavaliers, emballe le galop fou des chevaux. Un passage coupe l’obstacle en deux. Les flancs de la montagne couverte de l’écume du jour, s’ouvriront-ils à deux mains?

Il y a l’idée de vouloir, et la volonté de le faire sans être entré dans le faux-chemin. Une même sonorité atteint différentes oreilles.

Je nous sortirais du mal ambiant qui nous plaque au silence de sa boule puante. Quoi qu’il se passe mon Amour survivra.

Loisobleu

28 Février 2017

Publié le

Premier article de blog

MON VELO-CHEVAL

Impossible de savoir quel était, de lui où de moi, celui qui pouvait prétendre au titre d’hôte principal de ma cabane-maritime.Nourris au même sel, oxygénés au même air, battus aux mêmes vagues, nous vivions unis depuis des années aux abords du Marais de Moëze-Oléron, entre Atlantique et littoral.

Hélas en ce mois de Février 2017 la cabane a été violée et pillée par des vandales qui entre autres choses ont emporté mon cheval-vélo avec eux…

Témoin de ma plus belle histoire d’amour, que de coins d’ombre et de lumière il nous a donné à découvrir. Je l’entends, lui parle, ne pouvant en faire  mon deuil. Trop mal de Lui.

Confident visuel comme de mes pensées je ne peux le délier de ce bonheur simple pris au coeur de la nature sauvage. Âme de nos ailleurs, de notre Absolu, tu restes le destrier de notre quête du graal.

Niala – 27 Février 2017