MIGRATION

« Migration » – Niala – 2021 – Acrylique s/toile 55×46

MIGRATION

En formation de canards sauvages le battement du pouls accélère

sans attendre la couleur des yeux que le fond-d’oeil renseigne de son socle

Mésange charbonnière au foyer brûle et suie

pompon rouge col-bleu

Signes ascendants franchissant la parade des incompatibilités pour tenir au plus loin l’ondulé libéré de tôle manuellement

Pendant que le chanteur de charme officie à la fade communion dominicale les grands-corps malades se jetant dans l’ortie embarquent pour s’y taire à haute-voix

escalier-mécanique débranché

Des fleurs qui émergent à chaque lettre de la caresse

le cheval monte le son de la trompette que le toro arrime à l’accord du paraphe de sa plume.

Niala-Loisobleu – 7 Février 2021

AU BORD DES CHAMPS

« Aux bords des champs » – Niala – 2021 – Acrylique s/toile 65×54

AU BORD DES CHAMPS

Soleil en encorbellement

seins au surplomb du ventre pâturage les pans-en-demeures retiennent les tiges-de-botte de la terre-ocre cuite en jarres et amphores dans le grenier des mers et ô séants

La Pomme d’Amour a gagné le toit-fruitier de la canopée par sucions répétées des racines de l’Arbre de Vie

Sur la voie la pierre construite reproduit la mosaïque à travers l’enfilade des colonnes rituéliques, comblant les repaires reptiles de culbutes d’enfants lançant leurs bateaux de papier à la mémoire de la Source

Les cracheurs dans la soupe sont appelés à se nourrir de leurs propres rejets revêtus de leur orgueil en emblème sans accès possible aux carrés d’artichauts et aux chaires magistrales, leur index dans le fondement

Son compotier pépiant de toutes ses plumes aux bord des champs.

Niala-Loisobleu – 2 Mars 2021

SORTI DE L’EPOQUE 2021 VOICI LE N°6 « MANIFESTATION »

SORTI DE L’EPOQUE 2021 VOICI LE N°6 « MANIFESTATION »

Dans la tâche rouge en corps fraîche du meurtre, plus fort que la cyber-attaque le jaune de l’oeuf répand son soleil vivant en couvée par dessus l’amarre au diable

issue des rins

Promesses avalées par le sable qui s’en fit le support passé en fraude aux frontières de l’abus d’enfance

De l’allure cavalière le cheval de bois bascule le symbole létal du chrysanthème propulsant les rires de l’enfance au sommet pour tenir leur bouquet de foi sain et sauvage droit pleine tige

Sur ses pointes, l’acte dresse son existence à la place des maux

Niala-Loisobleu – 24 Février 2021

« MANIFESTATION » NIALA – 2021 – Acrylique s/toile 73×60

SORTI DE L’EPOQUE/2021 VOICI LE N°5 « CONFINEMENT »

L’Atelier sous le masque rue contre le vide

Expositions fermées

La fin de l’art pratiqué

Indigence

Lutte inégale

Mal interne ressenti

L’indifférence s’épanouit

Sauf que l’artiste refuse l’état de légume

Il est la parole portée

L’écho lancé

La fibre communicante

Le lien de l’apporte

Le souffle

L’expression vivante

L’amour qui veut vivre….

Niala-Loisobleu – 23 Février 2021

« CONFINEMENT »- Niala- 2021 – Acrylique s/toile 65x(0

L’EPOQUE 2021/4 – « APPAREILLAGE »

Voici le N°’4 de la nouvelle EPOQUE 2021 en collaboration avec BARBARA AUZOU : « APPAREILLAGE » Merci de considérer que le poème est indissociable du tableau et vice-versa…

L’EPOQUE 2021/4 – « Appareillage » – Niala – Acrylique s/toile 65×54

APPAREILLAGE

flottant

flottant 

la morphologie du quotidien

avec ses blessures que l’on observe

couchées crues sur un tapis roulant

on peine à y comprendre le pays

on tend un bec une aile

on se fait un troisième oeil sur les reins

attendant tête en bas la réponse d’en haut

qui viendrait avec la tulipe caressée du cerveau

ou le lys soyeux d’un sein

on veut habiter l’éclaircie

dont on ne voit que les épaules

derrière des portes peintes 

où l’on est admis que trop rarement

on accorde un piano ancien luisant

de marques fauves pour jouer

quelque chose comme une embellie

Barbara Auzou.