Une note de lecture de Claude Luezior à propos de L’Epoque 2018/Barbara Auzou/Niala.

IMG_4731

Une note de lecture de Claude Luezior à propos de L’Epoque 2018/Barbara Auzou/Niala.

18 MARS 2020 / BARBARASOLEIL
Certains livres de Luezior sont traduits en langues étrangères et en braille.  Il reçoit de nombreuses distinctions, dont le Prix européen ADELF-Ville de Paris au Sénat en 1995 ainsi qu’un Prix de poésie de l’Académie française en 2001 (Hélène Carrère d’Encausse). Le Prix de poésie Hélène Rivière de l’Académie rhodanienne des Lettres lui est décerné en compagnie de Philippe Jaccottet (Grand Prix) en 2001. Luezior  est nommé Chevalier de l’Ordre national des Arts et des Lettres par le Ministère français de la Culture en 2002. En 2013, le 50e prix Marie Noël, dont un ancien lauréat est Léopold Sédar Senghor, lui est remis par l’acteur Michel Galabru, ancien membre de la Comédie française

https://claudeluezior.weebly.com/

Un grand merci à Claude Luezior…Sa note de lecture sera reprise prochainement sur différents sites dont http://incertainregard.com/

 

Barbara AUZOU et NIALA, L’Époque 2028, Les Mots Peints, Éditions Traversées, Virton (Belgique), 2019, 133p.

C’est bien connu : peinture (dessins, photographie ou arts graphiques) et écriture peuvent se compléter à merveille. Le visuel met le mot en exergue, lequel, à son tour, lui donne du signifiant. Il est bien entendu que chacun peut se suffire à lui-même, mais cette synergie artistique apporte indéniablement un supplément d’âme.

Presque invariablement, les livres pour enfants (mais pas seulement !) sont abondamment illustrés, souvent, de belle manière… Ce d’autant que nous vivons dans un monde multimédia. Avouons-le : n’a-t-on autrefois feuilleté notre Michel Strogoff pour découvrir d’abord les dessins avant de nous immerger dans le roman? On distinguera l’écrit à la source d’une peinture, de textes eux-mêmes inspirés par l’artiste. Bien sûr, Hugo était tout les deux à la fois, mais assez rares sont les poètes-peintres.

Nous ne parlerons pas ici des livres d’art décrivant les œuvres, parfois de manière informative mais souvent sur un mode académique ou ennuyeux : cela est un autre chapitre.

Trêve d’introduction : la pédanterie nous guette… Ce bel ouvrage de la poétesse Barbara AUZOU et du peintre Alain Denefle-dit-NIALA est là, sans que nous en connaissions les racines, ni les arcanes. D’emblée, les feux sont doubles en leurs constellations communes ou respectives : à picorer çà et là, dans un premier temps, la démarche de l’un par rapport à l’autre n’est pas évidente, ce d’autant que les poèmes et les toiles ne se font pas face mais se suivent d’une page à la suivante. Peut-être les auteurs ont-ils d’ailleurs eu raison, chaque approche gardant ainsi davantage son autonomie… Cela dit, certains termes ou titres de tableaux (jardin, chevelure verte, À la butée des étoiles) reviennent dans les textes, lesquels ne sont nullement descriptifs.

Tout contexte et toutes proportions gardés, NIALA nous fait penser à Chagall (comme le suggère Lieven Callant dans une récente recension) et à Louis Delorme, voire à Klimt (p. 59). Des personnages abondants et suspendus, des couleurs chaleureuses enchantent le rêve et « collent » magnifiquement au foisonnement imaginaire de l’écrivain. On peut lire sur Internet que NIALA serait classé comme un artiste primitif moderne (sans lien, d’ailleurs avec l’Art Deco) : laissons les docteurs de l’art se disputer sur les termes, l’essentiel étant bien l’émotion.

Plongeons dans les poèmes ou la prose poétique mise à la verticale de Barbara AUZOU.

C’est dans un fracas de mots perdus

que l’heure sanguine se disloque

étalant un baume de silence inquiétant

sur les morsures du sel ou du vent

promesse rauque d’un lendemain de chaleur

où la vipère attend.

Textes d’heureuse facture, intuitifs, pudiques, parfois dissonants comme une musique de Stravinsky (on n’est pas loin de Chagall) mais sonnant « juste », riches en images inconscientes (vraiment ?) ou subliminales (cette professeure de lettres modernes s’est-elle imprégnée des surréalistes ?) Toujours est-il que la plume reste en permanence inspirée et forme avec les tableaux un duo homogène et étonnant.

Poèmes de liberté, poèmes d’amour, aussi :

Et, déjà, au ciel du lit, le vent tournait lentement

(Quel forfait pour un printemps !)

qui rendraient plus rouges et plus sucrés

les fruits de l’amour au brûlant compotier.

Ou encore, parmi tant d’autres, ces lignes fortes, cadencées, exprimant les souffrances et le destin…

Toutes les femmes savent cela :

l’impérieux besoin de rentrer chez elles

et de se baigner dans leurs eaux ;

et de l’ombre et de la lumière l’âpre combat,

et la permanence du sang sur la clef perdue

au fond d’un champ

Beauté électrique du verbe, sachant que la plume de Barbara AUZOU est souvent exigeante envers le lecteur. Oui, la beauté mène l’obscur à la lumière (p.129). AUZOU et NIALA ont beaucoup de talents. Trop, peut-être ? Ne pas être trop génial, plaidait le peintre Armand Niquille.

On ne s’en plaindra pas. Ce livre édité par Traversées fera date. Salut les Artistes !

Claude Luezior

http://www.claudeluezior.weebly.com

 

IMG_4733

 

2 réflexions sur “Une note de lecture de Claude Luezior à propos de L’Epoque 2018/Barbara Auzou/Niala.

  1. Simplement vrai, Char en matière de beauté a toujours vu l’essentiel avant de regarder des noms
    « Beauté électrique du verbe, sachant que la plume de Barbara AUZOU est souvent exigeante envers le lecteur. Oui, la beauté mène l’obscur à la lumière (p.129). AUZOU et NIALA ont beaucoup de talents. Trop, peut-être ? Ne pas être trop génial, plaidait le peintre Armand Niquille. »
    J’avoue que je ne connaissais pas ce peintre suisse. Le talent est trop dépendant de tous les systèmes pour que je m’aventure sur un chemin dont j’ai toujours désiré m’abstenir. Et là encore nous sommes semblables, Je dirai plutôt: trop sincères pour plaire.
    Il convient de ne retenir que ce que nous avons fait ensemble est conforme à ce désir. Inaliénable, on ne peut dissocier le poème de la peinture et aller jusqu’à considérer qu’il est plus que possible qu’ils se soient faits en simultané.
    Aujourd’hui le fait que nous poursuivons L’époque prouve combien elle s’exprime en commun

    Merci à Claude Luezior, c’est infiniment touchant d’avoir retenu son attention.
    Niala

Répondre à loisobleu Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.