Publié le

NOTRE JARDIN BLEU 5

 

NOTRE JARDIN BLEU 5

 

Puisque tu me regardes

Tu sais que les ombres qui s’attardent

Ne peuvent rien contre nos plus fiers chevaux

Lancés à l’assaut de la clarté apaisée

Et que le sabot au sablier

Comme des enfants de grand sommeil

Nous sommes partis pour rester

Par le murmure et le reflet

Fidèles aux fruits vermeils

Et à l’eau volage déroutée

De son lit convenu.

 

 

Puisque tu me regardes d’un oeil nu

Comme une fleur retournée sur la fraîcheur de la terre

Tu sais comme la beauté mène l’obscur à la lumière

Et que rien ne peut la déranger

Qu’un coeur martelé d’un savoir obtus

Porté sur des couches de vêtements usés.

 

 

Le jardin bleu a franchi la fenêtre de la chambre

Comme on s’ajuste aux choses de toujours

Et le ventre des collines a revêtu son ambre

Pour enjamber la margelle du jour.

 

 

Comme un grave écho de toi

Attendant son retour

Regarde-moi.

 

 

Barbara Auzou

 

P1050736

 

NOTRE JARDIN BLEU 5
NIALA/2018
Acrylique s/carton toilé 46×38
Encadré

5 réflexions au sujet de « NOTRE JARDIN BLEU 5 »

  1. Se regarder gravement pour accomplir l’essentiel….C’est mieux que voir, c’est vivre.
    Merci mon Alain…

  2. Et en tendre l’o qui sourd,

    1. Un jour se décida a partir d’inertes vues, à muer en se rinçant la peau morte à cette eau enfermée. Vieille vigne d’un bain de lit tarissant au ceps épuisé. Si lavé que pâle un ton sortait de sa voie.
      Alors se jetant du chantier au vent naval, herminette à la taille, se mit en proue, seins rugissants cap de Bonne-Espérance…

  3. Celui là en baguette magique trouve source..
    Merci Julie, je t’embrasse.

    1. Merci Niala. Bonne journée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.