DOUBLE JE

P1050595

DOUBLE JE

Voici Double Je, le tableau et son poème indissociable. Fruit de ma huitième collaboration avec le peintre Niala-Loisobleu.

Double Je – 2018 – Niala – Acryliques/contrecollé, encadré s/verre 60×80

Tu m’écris d’un temps sans âge

à faire fuir l’effroi des journées,

à forger des couleurs inventées

à l’orange de nos visages .

Tu m’écris pour arracher à la fatigue de parler

le mot nu qui manque au langage

et qui reste à la palette inconsolé.

Tu m’écris contre les poussières éprises de peu

qui s’agrègent comme des sentences

au poumon en feu.

Et moi je peins

et crie à la porte fermée des hommes

et à la fleur de coton pendue à la fenêtre

qui avorte de son jour.

Je peins et crie à tromper la nuit économe

pour lui faire croire au matin,

pour mordre les douleurs sur les lits du passé

et faire renaître l’enfant lointain.

Je peins

et crie contre l’injure du banal

à en découdre sans fin

au miroir du double je.

S’il y a un vide

c’est qu’il est ardent

écris-tu.

Et c’est au pinceau d’un ciel qui s’était perdu

que nous accrochons des printemps

comme autant de ventres lavés de larmes.

Barbara Auzou

P1050593

11 réflexions sur “DOUBLE JE

  1. Je cherche en vain la strophe que je préfère… Tout est bon, rien à jeter !.. Court et ciselé… et plein ! pas de verbiage… que du sens ! Bravo ! belle osmose de l’oeuvre et des mots… Plénitude évidente…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.