« AL’HEURE DITE » – NIALA 2021 – ACRYLIQUE SOUS/VERR 40X50

« A L’HEURE DITE »

NIALA

2021

ACRYLIQUE SOUS/VERRE 40X50

Dans l’effeuile tombant des pages

un dernier marque-page floue toute image représentative du visage des choses

cet automne aurait tendance à s’inscrire dans l’anonymat

à l’écart du rythme du plané élargi à cette grossesse mystique d’un absolu intime

L’heure dite semble prête à retenir sa décision pour plus tard sans pour autant vouloir exclure

Quel bon enjeu choisir avec la foi du déménageur ?

La présence de l’anémone oriente en tous cas ma préférence personnelle.

Niala-Loisobleu

21 Décembre 2021

« DE L’OBSCURITE NAÎT L’AUBE » – NIALA 2021 – ACRYLIQUE S/TOILE 50X50

« DE L’OBSCURITE NAÎT L’AUBE »

NIALA

2021

ACRYLIQUE S/TOILE 50X50

Cherche-t-on la mer, on entend un glissement vague parler de l’Atlantide

A la poignée d’une amphore une main-courante reconnaît la Femme jusqu’à y tremper les doigts et commencer à écrire un nom qui prolonge

Mûrissement du fruit

Dans le verger où les poissons volent en exhalant l’anémone par l’orifice du jour

Neptune fera le tri dans les genres

Au premier à bord

Il importe d’accrocher l’encre afin de tirer l’aube pour redonner le cri à la vigie

Pour la vie à la hune et à la deux, la bête à deux do saute à la crête des moutons.

Niala-Loisobleu.

16 Décembre 2021

« AURORE VENUE » – NIALA 2021 – ACRYLIQUE SOUS/VERRE 40X50

« AURORE VENUE »

NIALA

2021

ACRYLIQUE SOUS/VERRE 40X50

Venue du bois que l’herminette initie

et du presse-étoupe qui colmate le passage des larmes nocives

Au plus sombre de l’heur

Bord à bord au naufrage

Dans un bouquet lumineux mêlé d’échafaudages, fenêtres, perrons, échelles de cordes, terres d’ocres et gués de nénuphars, anémones, marguerites, menthes et lins au coeur de l’herbe folle, hissent aux souches la canopée, où la couleur est à l’aile de l’arc-en-ciel volatile se nourrissant en plongeant dans les rivières, à la pêche de ce sel qui porte aux vergues respirer cette pureté innocente d’une enfance maintenue au fil du temps

La claie pour dessus de panier, mettant en dehors des intrigues et complots d’une humanité faussaire

L’oeil double sous la percée de sa vrille

Le nez cassant la coque à la recherche du noyau dans le brou

Les doigts au nouage du trémail pour aller au plus profond drainer le fond

Ce qui meurt tiendra sa tare pour responsable, la vie est hors-d’âge au chantier de la nature où l’homme passe sans s’installer.

Niala-Loisobleu

13 Décembre 2021

« DES FLEURS POUR SEUL FRUIT » – NIALA 2021 – Acrylique 60×80

« DES FLEURS POUR SEUL FRUIT »

NIALA

2021

ACRYLIQUE SOUS/VERRE 60X80

Les 3 coups du gendarme en écartant le stérile du rideau qui bourgeonne aimantent en scène

cet horizon qui aspire à la vie originelle

De mille et une odeurs au tapis

Vole

Vole

Vole !

De Grasse

du compotier au palais que ton triangle herbe de cet arôme propre à la femme

Fenaison qui vît courir les sauvages gibiers par hordes et troupeaux au point d’en saisir la main par paume afin d’immortaliser l’éternel dans sa grotte

Pariétal frisson dont je retiens la moelle-épinière en colonne pyrénéenne comme autan de danses catalanes à l’accent d’oc

Niala-Loisobleu .

7 Décembre 2021

« FOR INTERIEUR » – NIALA 2021 – ACRYLIQUE SOUS/VERRE 60X80

« FOR INTERIEUR »

NIALA

2021

ACRYLIQUE SOUS/VERRE 80X60

L’appui de fenêtre placé au gel se fait propice pour les peaux fanées de la morosité, rentrer le linge et exposer ces maux sans joie

En mon for intérieur j’ai conscience du sens à donner à la foi

Chaleur interne que les micas de la salamandre dévoilent où des cendres le phénix a refusé de se rendre ailleurs qu’au retour de la joie interne

L’automne allume ses ors et ses ocres dans un miracle naturel en lutte contre l’imposture dogmatique

ses fruits sont de quatre-saisons en charrette au caniveau de ce trottoir où l’amour parque quoi qu’il advienne

Cette nuit le rossignol a chanté pour que le merle siffle derrière le coq un autre levé d’anémones.

Niala-Loisobleu – 30 Novembre 2021