Posted on 8 commentaires

Franchir encore la ligne, mon tropique m’en tire en corps par les pôles

Franchir encore la ligne, mon tropique m’en tire encore par les pôles

J’ai vu ce que j’ai voulu voir et aussi hélas, ce dont je me serais volontiers passé. Ma ligne n’est droite que dans les images que je n’ai jamais orné de missels. Les vents Gilles, ça grelotte géant au centre d’une promesse  en légume de carotte.

Mon père m’a montré comment sortir la couleur du charbon, Marthe tenait le tisonnier du poil, il y a certes bien plus à savoir d’une grand-mère que d’un océan de connerie, tari de sel.

Au bout qui commence, ce jour, j’ai réouvert à grand air les pensées de ma bulle. A voir ce sourire d’un franc à pas hésiter une seconde, que l’Atelier m’a glissé dans la moelle j’vous jure sans besoin de cracher, que le flan il a resté chez le pâtissier. Ô le vrai bonheur ! J’en ai trempé les yeux comme quand me déversant au creux de mon Amour j’orgasme au creux d’ailes !

Toi qui sait, que je fais l’amour quand je peins, tu te passeras d’en parler davantage. J’suis pas causeux, c’est connu, mais que j’suis bien  l’Amoureux du Bout en Bout en corps !

Alain Niala – 13/03/17

IMG_1585Niala dans son Jardin (13 Mars 2017)

Posted on 13 commentaires

Ô SEINS-MOI TRES FORT !

Ô SEINS-MOI TRES FORT !

Par ce matin très particulier

je n’ai qu’envie

ne pas laisser mon coeur devenir trouble comme le temps

ne pas succomber aux réclames du bord de route

Quel chemin j’appelle

en dehors d’aimer

Y en aurait-il un autre qui me mène ?

Non

souviens-toi me dis-je

souviens-toi

comme ils sont assez perfides

pour prendre le visage de l’Autre

Peins le seul qui ne t’inspire  que vers le Bleu

pas ce que des maux cachés tentent de laisser supposer

La Muse ça sein bon

ça en a la clef.

Alain Niala – 12 Mars 2017

 

L'ILE D'AMOUR - 2010 - Acrylique sur toile 65 x 54 001

L’Île d’Amour -2010 – Niala – Acrylique s/toile 65×54

Posted on 4 commentaires

ATELIER & MURMURES 9

ATELIER & MURMURES 9

Image de complaisance d’un hasard d’eux

itinéraire

les jours naviguent sous pavillon noir

m’aime quand il fait beau

Il faut traverser le miroir des « ah les l’où êtes »

jusqu’à trouver le bon pore

pour y reconnaître au cap et d’épais

le réel

protégé par le mimétisme

de l’authentique des finitions exprimées.

Alain Niala – 11 Mars 2017

P1050250

Atelier et Murmures 9 – 2017 – Niala – Acrylique s/contrecollé encadré s/verre 30×40

Posted on 5 commentaires

ATELIER & MURMURES 8

ATELIER & MURMURES 8

L’extérieur dispense le chaud et l’effroi au gré d’un mois capricieux dans lequel celui de l’égo va-et-vient. Nouvelle lune, la voix lactée se fait un sans d’encre.

Les murmures de l’Atelier sont soumis à d’inévitables variations que la bulle tient à distance sans pouvoir éliminer en totalité les effets d’ô d’heurts aux retors desseins.

Ma Muse

je te traverse

par le vert de tes yeux, où j’alpe mes ressources en période de sécheresse

roussi des incendies criminels

dans l’occupation des sols de la gamme

qui fausse l’orchestration symphonique

Passent des costumes de comédie, robes aux fleurs de sel que des guenilles tentent de faner d’un fade ajouté

Oh, ces lancinants cortèges de fourmis montées sur échasses montrant le jaunissement de sourires en papier-mâché exigeant la dialyse de reins salaces portés par un libidineux ersatz d’amour. La morue se faisant la carène de la blanche d’eau douce, ça tord l’étalon sur le trottoir de la vulgarité

Il y a toujours un  oeil clair au fond du sombre couloir quand la douleur oblige à en passer par elle pour différencier la nature intrinsèque du bien et du mal

Nuance,

ô divine différence qui fait la nécessité du pieux mensonge pour atténuer la cruauté d’une vérité sans pitié

Aimer c’est reconnaître

ce n’est pas tricher.

Alain Niala – 10 Mars 2017

P1050254

Atelier et Murmures 8 – 2017 – Niala – Acrylique s/contrecollé encadré s/verre 30×40